Les compétitions

 

Ici sont expliquées les règles de la compétition selon la Fédération mondiale de karaté (WKF), fédération reconnue par le mouvement olympique. Des compétitions d'autres styles suivent des règles différentes telles que les compétitions Kyokushinkai, régies en France par la Commission Nationale Kyokushinkai au sein de la Fédération Française de Karaté. D'autres compétitions sont régies par les règles de la World Kickboxing and Karate Association (WKA)notamment en Amérique du Nord.

Le kumité (combat), en individuel

La tenue et les protections

Les compétiteurs portent un karaté gi (kimono) blanc et une ceinture bleue pour l'un et rouge pour l'autre. Les protections suivantes sont obligatoires : les gants, les protège-pieds, la coquille (pour les hommes), les protège-tibias souples et le protège-dents ; ainsi que le protecteur de poitrine pour les femmes. Leur couleur doit être la même que celle de la ceinture du compétiteur.

Techniques autorisées

Tous les coups doivent être portés au-dessus de la ceinture, sauf pour balayer ou déséquilibrer l'adversaire. Tous les coups au visage doivent être contrôlés, sinon le compétiteur risque d'être sanctionné pour contact. Les projections sont interdites ainsi que les attaques au visage avec techniques de main ouverte, les coups de tête, de genou ou de coude.

Dans la catégorie cadets les coups de poing à la tête ne doivent pas toucher sous peine de sanction. Les coups de pied à la tête sont permis avec un contact superficiel.

Comptage des points

Une technique effective compte quand elle est effectuée selon les critères suivants :

  • Bonne forme (selon les concepts du karaté sportif)
  • Attitude sportive (concentration élevée au moment où la technique est délivrée)
  • Grande vigueur (puissance et vitesse de la technique et volonté évidente de réussite)
  • Zanshin (totale concentration et vigilance pour éviter les contre-attaques potentielles)
  • Timing avec opportunité (technique délivrée au moment où elle aura le plus d’effet)
  • Distance correcte (technique délivrée avec la distance précise où elle aura le plus d’effet)

Valent 3 points (Sanbon) :

  • Coups de pieds Jodan (tête, face et cou).
  • La projection ou les balayages de l’adversaire avec le pied au sol suivi par une technique valable.
  • Attaque portée sur un adversaire se trouvant au sol par sa propre faute.

Valent 2 points (Nihon) :

  • Coups de pied Chudan (de la ceinture à la poitrine).

Valent 1 point (Ippon) :

  • Coups de poing Chudan ou Jodan.
  • Coups Uchi.

L'arbitrage

Pour chaque combat, l’équipe arbitrale sera composée de : un arbitre (Shushin), trois juges (Fukushin) et un "arbitrator" (Kansa). L’arbitre et les juges ne doivent pas être de la même nationalité que les compétiteurs. Des chronométreurs, marqueurs, annonceurs et superviseurs sont aussi désignés.

Les infractions

Deux catégories de comportements existent :

  • Catégorie 1 :
    • Les techniques qui font un contact excessif en fonction de l’endroit attaqué, et les techniques qui entrent en contact avec la gorge.
    • Attaques aux bras ou aux jambes, à l’aine, aux articulations ou au cou-de-pied.
    • Attaques au visage avec techniques de main ouverte
    • Techniques de projection dangereuses ou interdites.
  • Catégorie 2 :
    • Feindre une blessure ou exagérer l’importance d’une blessure
    • Sorties répétées de l’aire de compétition (Jogai).
    • Tout comportement dangereux de la part d’un compétiteur, qui démontre un manque d’égard pour sa propre sécurité, pouvant ainsi être blessé par son adversaire (Mubobi).
    • Éviter le combat pour que l’adversaire n’ait pas l’opportunité de marquer.
    • Pousser, ou saisir l’adversaire sans faire l’intention de projection ou d’une autre technique.
    • Techniques qui lors de leur nature ne peuvent pas être contrôlées, en ce qui concerne la sécurité de l’adversaire et des attaques dangereuses et sans contrôle.
    • Attaques avec la tête, les genoux ou les coudes.
    • Parler ou provoquer l’adversaire, ne pas accomplir les ordres des arbitres ou tout comportement discourtois vers les arbitres ou d’autres fautes de comportement.

Les pénalités

Si une infraction est commise, l'arbitre arrête le combat et donne un avertissement ou une pénalité puis le combat reprend.

  • Un avertissement (Chukoku) est donné pour une première infraction mineure.
  • Une pénalité d'un point (Keikoku) est donnée pour une infraction mineure pour laquelle un avertissement a déjà été donné au cours du combat ou pour une première infraction importante.
  • Une pénalité de deux points (Hansoku-chui) est donné pour une infraction pour laquelle un Keikoku a déjà été donné ou pour une première infraction grave.
  • La disqualification du compétiteur (Hansoku) peut être décidée lorsque Hansoku-chui a déjà été donné ou pour une infraction très grave.
  • La disqualification du tournoi (Shikkaku) peut être décidée après consultation de la commission d’arbitrage si le compétiteur commet un acte qui porte atteinte au prestige et à l’honneur du Karaté do, s'il ne considère pas les ordres de l’arbitre et si d’autres actions sont considérées comme violant les règles ou l’esprit du tournoi.

Déroulement du combat

Le combat dure 3 minutes pour les compétiteurs seniors masculins et 2 minutes pour les seniors féminines, et pour les catégories juniors et cadets. L'arbitre arrête le combat à chaque technique effective et annonce la technique marquée ainsi que sa valeur en points puis le combat reprend. Le chronomètre est arrêté pendant ce temps. Le compétiteur remporte son combat s'il a un avantage de 8 points ou s'il a un avantage de point à la fin du temps. S'il y a égalité (Hikiware) commence une prolongation du combat d'une minute (Encho-sen), le premier compétiteur qui marque est déclaré vainqueur. Si aucun compétiteurs n'a marqué de point pendant Encho-sen l'arbitre et les juges doivent voter pour choisir le vainqueur selon les critères suivants :

  • L’attitude, l’esprit combatif et la force démontrée par les compétiteurs.
  • La supériorité des techniques et des tactiques dépliées.
  • Lequel des compétiteurs a initié la plus grande partie des actions.

S'il y a encore égalité c'est l'arbitre seul qui décidera.

SIK SEYNOIS - C/o Mme Pioppa - 35, rue Louis Blanqui - 83500 La Seyne sur mer